MFR de Chauvigny

47 route de Montmorillon
86300 CHAUVIGNY FRANCE

Tél. : 05 49 56 07 04
Fax : 05 49 56 37 22

L'apprentissage en
BTS Technico-Commercial



WIFI disponible à la MFR de Chauvigny
Disponible
à la MFR

Unités de mesures de taille mémoires : Ko, Mo, Go. Relation entre octet et codage de caractères

Thème/Sujet : Unités de mesures de taille mémoires
Equivalence Anglaise : Memory syze
Niveau : Perfectionnement
Explications :

Chaque donnée numérique, est quantifiable par sa taille en mémoire, ou plutôt son poids. Par exemple, quand vous enregistrez une photo sur votre ordinateur, celle-ci va prendre une certaine place sur votre disque dur. Nous allons voir ici, quelles sont les différentes unités de mesures qui existent en informatique.

Tout d’abord, l’unité de base est l’octet (en anglais : « byte »). Attention, l’équivalence anglaise d’octet est bien « byte » et non « bit » (nous allons voir par la suite l’importance de cette remarque).

Un octet est égal à 8 bits. Et 1 bit est une valeur que l’on appel binaire, qui vaut soit 0 ou 1. D’où l’interprétation du terme « traitement numérique », qui signifie que l’on ne traite essentiellement que des valeurs binaires.

Un octet est donc une succession de 8 bits, ou 8 fois les valeurs 0 ou 1, mis bout à bout. Exemple :

1 octet = 01101110

L’unité de mesure supérieure est le « kilo-octets » qui représente 1000 fois 1 octet environ. Pourquoi « environ » ? Parce qu’en numérique, la vraie valeur de 1 kilo-octets est égale à 1024 octets. Et la vraie valeur de 1 méga-octets est égale à 1024 * 1024 octets, soit réellement 1 048 576 octets (mais dans le quotidien de l’informatique, dites simplement 1 Méga).

Désignation Français Anglais Conversion
Octet 1 Octets 1 Byte 8 Bits
Kilo-octets

1 Kilo-octets ou 1 Ko

1 Kilo-byte ou 1 Kb 1024 octets
Méga-octets 1 Méga-octets ou 1 Mo 1 Méga-byte ou 1 Mb 1 048 576 octets
Giga-octets 1 Giga-octets ou 1 Go 1 Giga-byte ou 1 Gb 1 073 741 824 octets

Certaines valeurs sont aussi très utilisées, surtout sur Internet, pour parler de taux de transfert, ou de débit. On les exprime le plus souvent en Kilo-bits par seconde : Kb/s ou Kbits/s.

Il est important de ne pas faire de confusion dans ces systèmes d’appellations. Exemple, une connexion Internet ADSL dite 2048 Kb/s, ne veut pas dire que vous pouvez réceptionner vos données à environ 2 Méga-octets par seconde, mais plutot : 2048 Méga-Bits / 8 = 256 Kilo-Bytes = 256 Kilo-Octets, car la désignation sur Internet est exprimée en Kilo-bits et non Kilo-byte, et nous savons que 1 byte = 1 octet = 8 bits.

La réception de votre connexion Internet, dites ADSL 2048, est alors remise dans son vrai contexte (en français), et sera de 256 Ko/s.

Cette confusion, fait aussi le bonheur des fournisseurs d’accès Internet, qui profitent du gonflage de valeurs dû aux conversions. Aujourd’hui, c’est le consommateur qui doit bien faire attention.

Exemples, illustrations, photos :
Une disquette vaut 1,44 Méga-octets Un CD-Rom de 80 min vaut 700 Méga-octets et un DVD-Rom vaut 4,7 Giga-octets Aujourd’hui les disques durs du marché valent environ entre 80 Giga-octets et 500 Giga-octets (au dessus, ce sont plusieurs disques montés en RAID pour simuler 1 seul et même disque)
Une disquette vaut 1,44 Méga-octets Un CD-Rom de 80 min vaut 700 Méga-octets et un DVD-Rom vaut 4,7 Giga-octets Aujourd’hui les disques durs du marché valent environ entre 80 Giga-octets et 500 Giga-octets (au dessus, ce sont plusieurs disques montés en RAID pour simuler un seul et même disque)
Auteur : © IREO de Chauvigny - Guillaume PETIT

Thème/Sujet : Codage de caractères
Equivalence Anglaise : -
Niveau : Perfectionnement
Explications :

Pour traiter cette partie, il vous faut au préalable avoir pris connaissance de la partie : Unités de mesures de taille mémoires.

Le caractère est tout simplement un symbole alphanumérique, ou un symbole quelquon'que.

La lettre « A » par exemple est un caractère. Pour que l’on puisse le différencier des autres caractères, il faut détailler son « codage numérique ».

Un caractère équivaut à 1 octet, soit 8 bits. Suivant les valeurs définies dans la succession des 8 bits, le caractère change. Par exemple, pour la lettre « a » minuscule, son codage binaire de 8 bits successifs est : 0110 0001.

Si l’on utilise 8 bits pour représenter un caractère, la valeur 0000 0000 est alors la première des combinaisons et la valeur 1111 1111 est la dernière, car le principe binaire est de n’accepter que 2 valeurs (ou état en électronique). Nous pouvons donc générer un grand nombre de combinaisons possibles, en mélangeant les 0 et 1 dans la succession des 8 bits. A chacune de ses combinaisons, correspond une lettre majuscule ou minuscule, un chiffre, ou un symbole. Cette correspondance est inscrite dans un table appelée : « la table ASCII ».

Les valeurs de la table ASCII sont exprimées en décimales, c'est à dire pour le caractère « a » minuscule, la valeur est 097. Mais comment passe-t-on du binaire à une correspondance ASCII et pourquoi ?

Pour répondre, quoi de mieux qu’un exemple :

Nous voulons écrire sur un éditeur de texte le caractère « a » minuscule. Pour cela, je vais appuyer sur la lettre « a » de mon clavier. Le clavier va alors interpréter l’impulsion électrique que génère l’appuie sur la touche, et va envoyer sous forme numérique l’interprétation. Cette valeur est tout simplement la séquence binaire : 01100001.

L’ordinateur, va ensuite effectuer son traitement, afin que le logiciel puisse marquer le caractère dans la page. Il reçoit donc la chaîne binaire, traite les données en les convertissant en valeur décimal (097) :

Le principe de conversion de binaire en décimal, reportez vous à l’illustration 1.

Binaire 0 1 1 0 0 0 0 1
Décimal 128 64 32 16 8 4 2 1

Soit : 64 + 32 + 1 = 97 donc la valeur en décimal est : 097

Par correspondance avec la table ASCII, le décimal 097 renvoie bien la lettre « a » minuscule. Le traitement de texte utilise cette correspondance, et inscrit sur la page, le caractère souhaité.

Exemples, illustrations, photos :
Illustration 1 : conversion d’un octet en décimal
Illustration 1 : conversion d’un octet en décimal
Exemple d’une partie de la table ASCII
Exemple d’une partie de la table ASCII
Auteur : © IREO de Chauvigny - Guillaume PETIT

Page éditée le 2008-05-16 00:00:00

retour

MFR - Formation en alternance à Chauvigny - BAC PRO BTS enregistrement CNIL nº1079237
Etablissement privé de formation en alternance - La MFR est une association loi 1901 - Contrat Minisitère de l'Agriculture nºV86-L16
Convention Conseil Régional nº54860031786 - Agrément Jeunesse et Sport nº086-07-0009